Publié le 13 Mai 2015

À chaque pas est le nouveau

Ô hors d’où je viens

Plus rien ne vaut ici

ni l’assurance des fous

ni la crainte des sages

À chaque pas est le nouveau

Voir les commentaires

Rédigé par Henry LE BAL

Repost0

Publié le 16 Avril 2015

In Cathedra 

_DSC0736---Version-2-1-.jpg

ACTUALITE

Cette année verra à voir  la sortie aux éditions Palantines d’un bel ouvrage intitulé In Cathedra. Texte  : Henry Le Bal, Photographies, Thierry Becouarn. Préfaces : Père Michel Mazeas et Pierre Alexandre.

http://www.editionspalantines.com/

CRÉATION

Durant l'automne 2014, la cathédrale Saint-Corentin de Quimper s’est trouvé fermée au public en raison de travaux considérable d’installation d’un nouveau chauffage. Le sol du lieu sacré fut éventré, les pierres et les dalles furent enlevées. La nef et le chœur furent encombrées de pelleteuses et autres énormes engins motorisés et bruyants et toutes sortes de matériaux aux formes et couleurs criardes. L’intérieur de la cathédrale fut couvert de hautes tentures afin de protéger le mobilier, les boiseries et les œuvres d’arts.

A6561650---Version-2-1-.jpgLe Père curé de la cathédrale, Michel Mazéas, permit à Henry Le Bal d’arpenter ces lieux chaque nuit durant les travaux ainsi que l’architecte en chef des bâtiments de France, Mr Pierre Alexandre, qui accorda lui aussi son autorisation à l’auteur.

Un soir Henry Le Bal fit découvrir le lieu et l’étrange spectacle qui s’y déroulait à son ami et éditeur Mr Henri Belbéoc’h – des éditions Palantines – qui fut littéralement stupéfait par ce qui s’offrait à ses yeux. Aussi Henri Belbéoc’h dit à Henry Le Bal en sortant : "Gardes une trace de tout cela"

C’est alors qu’il demanda au photographe Thierry Bécouarn de venir un soir prendre quelques clichés. Mais la magie du lieu et des circonstances était telle, qu’ils revinrent tous les deux des nuits et des nuits entières tentant d’approcher en esprit ce qui leur était donné de voir. Ainsi est né le livre In Cathedra.

Ouvrage unique. San s équivalent. Les photos témoignent non seulement de ce que furent ces travaux mais d’une vision métaphysique de cet espace sacré. Un décor quasi fellinien. In Cathedra ou un poème unique en trois parties racontant l’entrée comme par effraction dans sa propre âme, entre quête du sacré et dévastation.

Propos recueillis par B.H

Voir les commentaires

Rédigé par Henry LE BAL

Publié dans #Beaux-Livres : in cathédra

Repost0

Publié le 15 Avril 2015

 

 

LA PÉNICHE

 

 

 

RÉSUMÉ10169409_902960796395146_5738587462887842569_n.jpg

 

Une péniche est amarrée aux quais d'une grande ville. Cette péniche est en fait un théâtre: le Théâtre du Radeau. La compagnie y prépare sa nouvelle pièce, La Barque, dont l'action se situe dans un village de chercheurs d'or perdu au milieu d'une forêt sauvage.

Ce matin, le directeur du théâtre reçoit la jeune comédienne qui doit jouer le rôle principal de cette nouvelle création. Rien de très inhabituel, sauf que...

 Sauf que cette jeune femme est Marie-Madeleine

 


 NOTE

1è de couvA la fin des représentations de la pièce de théâtre La crypte, le père Jean-Loup Lacroix - curé de l’église Saint-Sulpice à Paris – fit part à Henry Le Bal du fait que la crypte allait fermer ses portes au théâtre à la fin de l’année 2014. En effet le 1er janvier 2015 devait entrer en application les nouvelles lois relatives à la mise en conformité des normes de sécurité pour les spectacles.


Dans un édifice aussi majestueux et aussi chargé d’histoire de l’église de Saint Sulpice, cette mise en conformité eût entraînée des travaux si considérables qu’il fut inenvisageable de les réaliser. Aussi le théâtre de la crypte de l’église Saint Sulpice allait-il fermer ses portes fin 2014. Ainsi s’achevait l’histoire scénique d’un des lieux les plus exceptionnels de Paris.

Cependant le père Jean-Loup Lacroix donna à Henry Le Bal l’opportunité merveilleuse de réaliser un dernier spectacle en ce lieu. Ce sera la création de la pièce La péniche dont le sujet est : Marie-Madeleine.


Pièce en trois actes. Trois actes comme les trois moments de l’amour. L’amour sensuel (Eros) puis l’amour fraternel ou amitié (Philiae) et l’amour Divin ou mystique (Agape).


LE PRÉTEXTE


1557574_902961429728416_7639332675991336739_n.jpg

Une péniche est amarrée au quai d’une grande ville où y réside une troupe de théâtre, le Théâtre du radeau. Arrive une jeune comédienne qui doit être engagée mais les comédiens de la troupe ou plutôt, les personnages qu’ils doivent interpréter dans la prochaine pièce reconnaissent en cette jeune femme, Marie-Madeleine. La Marie-Madeleine elle-même des évangiles.


Tout bascule, la troupe entre littéralement en mutinerie contre le directeur du théâtre. La péniche quitte le quai puis descend le fleuve et d’aventure dans la grande mer, en route vers l’île. L’embarcation affrontera une tempête et la péniche deviendra un radeau.


Ainsi le théâtre du radeau devient-il radeau ? Et ainsi le théâtre aborde-t-il les rives de l’Histoire ?

 

MISE EN SCÈNE

Spectacle inclassable qui a suscité un enthousiasme extraordinaire salué par la presse notamment dans un article du « Monde des religions » signé Matthieu Stricot. La pièce a été montée comme les précédentes, par la compagnie « Le parvis ». Les comédiens en étaient :♦ Marc Di Napoli

          ♦  Juliette Raynal

  ♦ Alan Sorand

♦ Henry Le Bal (Auteur de la pièce)

1891249_902960333061859_6346830704078522847_n.jpg

 

 

Les costumes et les décors furent l’œuvre de Lise Hascoët et Meiling Alvarez Marquez, la création lumière et son fut réalisé par Stéphane Rombaud et toute la partie technique fut assurée par Stéphane Di Napoli.


La pièce fut publiée à l’occasion de sa création, comme toujours aux éditions « L’Age d’Homme » dans la collection « Théâtre Vivant ».

 

 

Propos recueillis par B.H

Voir les commentaires

Rédigé par Henry LE BAL

Publié dans #Théâtre: La Péniche

Repost0

Publié le 15 Avril 2015

 

LE SCOUËZEC-MONTPARNASSE

 

 

 

scouezec 1.2(1)

 

 

RÉSUMÉ

 

Entre deux voyages en Afrique, Maurice Le Scouëzec veut comprendre le monde et les hommes. Il arpente les rues de Paris, peint l'humanité des braves gens. Et si le monde toujours semble lui échapper, sa peinture, elle, en est la saisie, lucide, implacable mais vraie.

Par cet ouvrage, nous allons vous faire revivre les heures bretonnes du Montparnasse mais aussi rendre à la mémoire cette figure sans laquelle Montparnasse ne serait pas Montparnasse (André Salmon).

 

 

 

NOTE


A l’été 2014 fut organisé à la Mairie du VIème arrondissement de Paris, place Saint-Sulpice, une grande exposition consacrée à la période Montparnasse du peintre Maurice Le Scouëzec. Si l’on reconnaît en cet artiste l’un des trois ou quatre plus grands noms de la peinture bretonne du XXème siècle, la redécouverte et mise à jour approfondie de son œuvre ont permit peu à peu d’y voir aussi et sans doute surtout, le peintre Breton du Montparnasse.


scouezec 1.3

Dans le célèbre dessin de Ferjac de 1920 intitulé « La bande à Modi » on voit en effet caricaturés, attablés à la terrasse de La Rotonde les protagonistes majeurs de l’Ecole de Paris : Modigliani, Picasso, Foujita, Pascin, Clergé, Van Dongen, De Vlaminck et bien sur Le Scouëzec , l’homme au chapeau extravagant et la longue pipe.


Cette exposition de la Mairie de Paris a regroupé 50 chefs-d’œuvre de cette période extraordinaire de celui que tous appelait à Paris dans les années 20 : "L’Africain". "L’Africain" du carrefour Vavin.


A l’occasion de cet évènement exceptionnel, les éditions Palantines ont proposé à Henry Le Bal d’écrire un livre sur cette période de Maurice Le Scouëzec. Le livre s’intitulera le plus simplement du monde : Le Scouëzec Montparnasse.


Il permit non seulement de faire découvrir à un large public parisien une des figures les plus pittoresques de la peinture de l’entre-deux guerres mais aussi et par voie de conséquence de faire revivre quelque moment des « heures chaudes » de Montparnasse et de sortir de l’oubli, d’une postérité hâtive, des grands noms qui grâce à cette exposition retrouvèrent une seconde vie.


Cet ouvrage paru en 2014 et est aujourd’hui une référence. Deux autres personnes y ont collaborés :

L’historien David Raynal qui y a consacré un texte sur la migration au début du XXème siècle des ateliers d’artistes de Montmartre à Montparnasse.

Le galeriste Mathyeu Le Bal qui depuis des années fait revivre dans sa galerie « Les Montparnos », rue Stanislas dans le VIème arrondissement de Paris, quelques unes de ces figures parfois méconnues de la peinture de l’entre-deux guerres mais qui fit de Paris dans les années 20 la capital du Monde.


Dans cet ouvrage Henry Le Bal consacrera un chapitre important à la vie des artistes de ces années dans les ateliers de la rue Delambre, de la rue De la grande chaumière, de la rue D’Odessa…

 

 

Propos recueillis par B.H


 

scouezec 4.1

Voir les commentaires

Rédigé par Henry LE BAL

Publié dans #Beaux-Livre : Le Scouëzec

Repost0

Publié le 15 Avril 2015

 

LA CRYPTE

 

 

 

 

 

NOTE

1461857_10151880403581051_1513871910_n.jpg


La crypte a été créée pour un des lieux les plus extraordinaires de Paris ouvert au théâtre, à savoir la crypte de l’église Saint Sulpice.    

Le sous-titre de cette pièce en est la mort de Joseph. On ne trouve rien d’écrit dans les Evangiles à ce sujet. Et s’il existe une grande tradition picturale de représentations de la mort de Joseph entouré de Marie et Jésus, il n’existait pas jusqu’à présent de textes de théâtre ayant été consacrés à ce sujet.    

La crypte est une représentation de ce moment à partir d’une situation contemporaine et mystérieuse.

 

LE PROPOS EN EST LE SUIVANT


1294355_676963518994876_12933463_o.jpgUne église menace de s’écrouler. En effet pour construire un parking, la municipalité a détourné le fleuve de son cours lequel passait autrefois sous l’église qui avait été construite sur des piliers de chênes. Ceux-ci, laissés à l’air libre pourrissent sur place menaçant l’édifice d’écroulement.


La pièce présente donc le personnage d’un professionnel des métiers du bois chargé d’inspecter les piliers et d’étudier la façon de consolider les sous-bassement safin de limiter l’effondrement. Ce personnage nommé Joseph rencontre dans la crypte un clochard qui y habite à côté d’une vieille barque amarrée à l’un des piliers. Ce personnage mystérieux va faire découvrir à Joseph un pilier duquel proviennent des voix humaines souterraines. En fait ce sont les âmes du purgatoire. De là, la révélation d’un secret relatif à la mort de Saint Joseph.

 

MISE EN SCENE


1479441_10151880395681051_1704495390_n.jpg La pièce créée à l’automne 2013 pour la crypte de Saint-Sulpice a ensuite été joué en Bretagne. Les comédiens en étaient Marc Di Napoli dans le rôle de Saint Joseph, Yves Philippe dans le rôle du sacristain de l’église et l’auteur tenant le rôle de l’homme à la barque.

Cette même année, le texte était publié aux éditions de « L’Age d’Homme » dans la collection « Théâtre vivant ». Comme à chaque spectacle de la compagnie « Le parvis  - qui est la structure de création des pièces d’Henry Le Bal – le responsable de la technique son et lumières était Stéphane Rombaud. A partir de cette pièce de nouveaux artistes ont rejoint l’équipe dont Lise Hascoët qui avait déjà travaillé sur Insularis et qui fut responsable des décors et des costumes et Stéphane Di Napoli qui assura sur Paris toute la partie technique.

 

Propos recueillis par B.H




994666 10151880399681051 520894045 n

.
994637 10151880393491051 1002710323 n

1459155 10151880398056051 698156993 n



Voir les commentaires

Rédigé par Henry LE BAL

Publié dans #Théâtre : La Crypte

Repost0

Publié le 7 Avril 2015

 

INSULARIS

 

 

 

 

formatee.png

 

 

 

RÉSUMÉ  

La tempête s'acharne sur l'île depuis des jours. Un homme, seul dans sa maison, écrit le journal de bord du déluge.

Dans le même temps, une marée noire encercle l'île inexorablement. Dialoguant avec sa collection d'oiseaux empaillés, le narrateur peu à peu se réfugie dans son grenier.

 

NOTE


Insularis est une adaptation théâtrale du roman Naamah des éditions « L’âge d’homme » paru en 2011. Cette pièce de théâtre a été créée au théâtre de l’Île de l’île Saint-Louis à Paris à l’automne 2012.

Insularis est un mot latin qui possède trois significations :

  •   Une carte géographique d’îles
  •   Un prisonnier que l’on exile tout seul sur une île
  •   Un gardien de temple seul, la nuit

 

Insularis est un monologue. C’est le débat intérieur d’un habitant d’une île, coupée du 

monde par une tempête qui n’en finit pas.

1è de couv

Le personnage écrit le journal de bord de cette tempête dans son grenier, véritable coque renversée sous le ciel devenu une chute de l’océan lui-même. Il est seul entouré de sa collection d’oiseaux empaillée qui finissent par nouer avec lui un étrange dialogue. Un dialogue constitué de leurs multiples langages.

 

Le livre de la pièce est paru au moment de la création du spectacle aux éditions de « L’Age d’Homme » et il constitue le 1er titre de la collection « Théâtre vivant » de cette même maison d’édition.

La pièce a été créée avec comme comédien principal Marc Di Napoli. Il est à noter que ce fut la première apparition de l’auteur sur scène, il jouera à lui seul le rôle de six oiseaux empaillés. De cette aventure devait naître chez l’auteur un nouveau rapport à l’écriture théâtrale.


Propos recueillis par B.H

Voir les commentaires

Rédigé par Henry LE BAL

Publié dans #Théâtre : Insularis

Repost0

Publié le 3 Décembre 2014

    Les deux derniers week-end pour les représentations de La Péniche à La Crypte de l'Eglise Saint-Sulplice ! Déjà.

Vendredi 5 et Samedi 6 décembre à 20 h 30 Dimanche 7 décembre à 16 h 00.

Vendredi 12 et Samedi 13 décembre à 20 h 30 et Dimanche 14 décembre à 17 h 00. Il est prudent de réserver au 06 78 45 48 61

Les comédiens sont fabuleux ! un vrai mystère moderne et l'écriture de Henry Le Bal atteste poétiquement de l'adage de Dostoïevski :

"La Beauté sauvera le monde"

merci à la presse :

à lire le monde des religions http://www.lemondedesreligions.fr/actualite/dans-la-peniche-marie-madeleine-est-l-ame-amoureuse-21-11-2014-4354_118.php

à écouter radio courtoisie http://carnets-de-courtoisie.overblog.com/search/Henry%20AND%20péniche/

marie amdeleine et l'auteur acte 1arrivée de lazure acte 2Humbert acte 2

La péniche Tarsis et Marie Madeleine (acte 2)marie madeleine et serapion acte 3

La péniche Tarsis et Marie Madeleine (acte 2)

Tarsis (acte 2)Marie-Madeleine. acte 3



Voir les commentaires

Rédigé par Henry LE BAL

Repost0

Publié le 7 Octobre 2014

Rédigé par Henry LE BAL

Publié dans #Spectacles à l'affiche

Repost0

Publié le 7 Octobre 2014

image001.jpg

samedi 11 octobre à 20H30 

dimanche 12 octobre à 16 H 00

à Gouesnac'h , au TY Théatre, réservation conseillée 

59 Hent Saint-Cadou, 29950 Gouesnach
02 98 54 63 31

billetterie sur place 10 et 15 €

Voir les commentaires

Rédigé par Henry LE BAL

Publié dans #Spectacles à l'affiche

Repost0

Publié le 27 Août 2014

la-peniche-bandeau-web-copie-1.jpg

 la nouvelle création théâtrale de Henry Le Bal, La Péniche, sera publiée aux éditions l'Age d'homme et jouée à sa création.

avec  

Marc Di Napoli, Juliette Raynal , Alain Sorano, Henry Le Bal

Costumes et décors

de Lise Hascoët et de Meiling Alvarez Marquez

Lumières

de Stéfane Laurens et Stéphane Di Napoli

bdef--Juliette-Raynal--Marc-Di-Napoli---dr-T.-Becouarn-.jpg

 

bdef- Alan Sorano- (dr T.Becouarn)

bdef-Henry Le Bal -(dr T.Becouarn)

 

Toutes les dates

Ouessant la couturière le samedi 4 octobre 2014 à 20 h 00 à la salle polyvalente


Quimper le samedi 11 octobre 20h30 et le dimanche 12 octobre 16 h 00 à Ty Théâtre à  Gouesnach


Paris Crypte de l'église Saint Sulpice du 24 octobre au 16 décembre


vendredi 24 et samedi 25 octobre 20h30

dimanche 26 octobre 16 h 00


vendredi 31 et samedi 1er novembre 20h30

dimanche 2 novembre 16 h 00

vendredi 7 et samedi 8 novembre  20h30

dimanche 9 novembre  16 h 00

vendredi 14 et samedi  15 novembre  20h30

dimanche 16 novembre  16 h 00

vendredi 21 et samedi 22 novembre  20h30

dimanche 23 novembre  16 h 00

vendredi 28 et samedi 29  novembre  20h30

dimanche 30 novembre  16 h 00

 



vendredi 5 et samedi 6 décembre 20h30

dimanche 7 décembre 16 h 00

vendredi 12  et samedi 13 décembre 20h30

dimanche  14 décembre 16 h 00

     crédit photos du spectacle T. Becouarn http://photo-par-passion.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Henry LE BAL

Publié dans #Spectacles à l'affiche

Repost0