Théâtre - Le Gardien (Création 2022)

Publié le 26 Mars 2022

Pièce Le Gardien lors de sa création à Gouesnac'h 1er mai 2022 (photos Thierry Becouarn)
Pièce Le Gardien lors de sa création à Gouesnac'h 1er mai 2022 (photos Thierry Becouarn)
Pièce Le Gardien lors de sa création à Gouesnac'h 1er mai 2022 (photos Thierry Becouarn)
Pièce Le Gardien lors de sa création à Gouesnac'h 1er mai 2022 (photos Thierry Becouarn)
Pièce Le Gardien lors de sa création à Gouesnac'h 1er mai 2022 (photos Thierry Becouarn)
Pièce Le Gardien lors de sa création à Gouesnac'h 1er mai 2022 (photos Thierry Becouarn)
Pièce Le Gardien lors de sa création à Gouesnac'h 1er mai 2022 (photos Thierry Becouarn)

Pièce Le Gardien lors de sa création à Gouesnac'h 1er mai 2022 (photos Thierry Becouarn)

Jeudi 21 et vendredi 22 juillet
19 H

réservez vos place au FESTIVAL DE CORNOUAILLE   tel 02 98 55 53 53

billetterie en ligne  -https://www.festival-cornouaille.bzh

deux représentations

aux Ateliers du jardin Quimper

(à droite du Théâtre Max Jacob )

Le gardien, une création originale 2022 associant théâtre, marionnette et danse.

Texte et voix : Henry Le Bal

Marionnette : Gilles Martinet

Danse : Caroline Le Goff

sur une chorégraphie de Pierre Rétif et Marie Coïc.

Photos du spectacle : Thierry Becouarn.

Robe de la danseuse : création ARMOR LUX QUIMPER.

Merci à tous les bénévoles et acteurs du spectacle et de sa diffusion.

Le Gardien, pièce de théâtre de Henry Le Bal

Le Gardien, pièce de théâtre de Henry Le Bal

LES ARTISTES : Le gardien, pièce de Henry LE bal
LES ARTISTES : Le gardien, pièce de Henry LE bal
LES ARTISTES : Le gardien, pièce de Henry LE bal
LES ARTISTES : Le gardien, pièce de Henry LE bal

LES ARTISTES : Le gardien, pièce de Henry LE bal

Les personnages : Le gardien, Pièce de Henry LE BAL

Les personnages : Le gardien, Pièce de Henry LE BAL

ils répètent... le gardien,pièce de Henry le Bal

ils répètent... le gardien,pièce de Henry le Bal

Bientôt notre prochaine pièce de théâtre  : "Le Gardien"

qui rassemble un plateau artistique exceptionnel.

En ce mois d'avril 2022, se déroulent les dernières répétitions pour vous offrir un spectacle alliant plusieurs arts de la scène : Théâtre, Marionnette, Mime, Danse.

présentation détaillée plus bas dans la lecture, après les informations pratiques.

Infos pratiques :

2 premières dates à Quimper.

  • Samedi 30 avril à 20 h 30 et dimanche 1er mai à 16 h .
  • Durée : 1h10
  • Au Ty Théatre - Saint-Cadou à Gouesnac'h.
  •   (10 et 15 €)
  • réservation conseillée  tel fixe : 02 98 54 63 31

    tel mobile: 06 840 836 00

avec

Caroline Le Goff, danseuse

Gilles Martinet, marionnettiste

Henry Le Bal, Voix

Création chorégraphique : Pierre Retif et Marie Coïc

Auteur-metteur en scène : Henry Le Bal

Création marionnette : Gilles et Catherine Martinet.

Visuel Affiche : KARREG

Création costume de Caroline : Armor Lux Quimper

 

L’idée d’écrire cette pièce est née d’un désir commun avec Gilles et Catherine Martinet, suite au spectacle que nous avions créé à Ouessant en 2019 pour les 300 ans de la publication de Robinson Crusoé de Daniel Defoe. 
Nous nous étions inspirés du bunraku, tradition japonaise d’un théâtre hiératique et marionettique du  XVIIème siècle, autrement-dit celle faisant apparaître une dissociation entre un  personnage de marionnette et une voix humaine séparée.  C’est à la suite de cette rencontre réussie et particulièrement intense avec le public, que nous avons décidé d’approfondir ce que nous avions découvert sur le plan artistique pour créer ensemble un nouveau spectacle. 
De là est née la volonté d’écrire et de mettre en scène un sujet archétypal, quelque chose  d’universel, quelque chose donnant aux spectateurs le sentiment d’une proximité alors que la forme théâtrale serait déconcertante.
Après l’écriture à l’automne 2019, le travail artistique s’est poursuivi en 2021, avec l’ouverture du plateau à la danse contemporaine pour incarner le personnage du mime. Ainsi est né une collaboration avec les chorégraphes, Pierre Rétif et Marie Coïc, et l’artiste danseuse, Caroline Le Goff de l’Atelier des Cygnes à Quimper.
De l’été 2021 à avril 2022, l’équipe a approfondi la mise en scène qui devait répondre à la fois aux exigences de la mise en espace de la marionnette, de la danse avec celle du théâtre. 
Le Gardien s’est peu à peu métamorphosé en une pièce de théâtre poétique avec voix, mime et marionnette. 

Le gardien est un mot qui fonctionne avec plusieurs entrées. C’est une sorte d’archétype. Le mot évoque une prison, un protecteur, un ange, un surveillant, un défenseur. Contradictoire et mystérieux. C’est le mot lui-même qui est à l’origine de la situation théâtrale. Situation théâtrale qui s’est voulue dès l’origine du projet, un moyen d’atteindre cette forme spécifique entrevue lors de ce spectacle donné au Salon du Livre Insulaire en 2019.

Ce spectacle pourrait se donner à voir comme une remontée vers une origine commune au théâtre et à la marionnette. Sachant  qu’à l’origine, théâtre et marionnette et danse posait une interrogation sur le mystère de la Parole à la fois sur son dévoilement et sur son impuissance.


Henry Le Bal, 
Auteur et metteur en scène

Le sujet de la pièce.

Un homme entre dans un espace neutre. Il est chargé d’assurer le tour de garde. C’est la première fois qu’il assure cette fonction. Petit à petit, il s’aperçoit qu’il n’a reçu aucune consigne, qu’il ne sait pas comment faire. Il ne rencontre personne. Au fûr et à mesure, il s’enfonce dans une solitude sans réponse, au point de se demander s’il est la bonne personne, s’il y a quelque chose à surveiller, et si oui, quoi et pourquoi, et jusqu’à quand.

Le personnage principal est une marionnette à fils mais ce n’est pas un spectacle de marionnettes, mais bien une pièce de théâtre qui s’interroge sur l’essence du théâtre. Le sujet en est peut-être d’ailleurs: le théâtre lui-même, puisque le gardien c’est-à-dire la marionnette est de temps en temps confronté à un personnage apportant des consignes. Or, ce personnage est un mime. Autrement dit les consignes sont gestuelles. 

Une œuvre théâtrale et ses 5 absences.

Le spectacle présente des enjeux d’écritures et de scène sous la forme de cinq présences-absences :
Le personnage principal : le gardien est une marionnette, c’est une présence mais aussi une absence dans la mesure c’est un objet et non un comédien.
Le marionnettiste : c’est un être humain bien visible, tout de noir vêtu c’est à dire neutre. Il manipule à vue. Il est donc présent sur scène, il n’y a pas de castelet. C’est une absence en tant qu’il n’existe pas en tant que personnage.
La voix marionnetique : c’est un lecteur. Un lecteur à vue sur scène; il est la voix de la marionnette, de noir vêtu, à la façon du marionnettiste. Il se place sur l’un des côtés de la scène, avec un pupitre devant lui tel un instrumentiste de concert. De même que le manipulateur est le geste de la marionnette, cette présence en est la voix. Le lecteur est une présence absente. Le lecteur en tant que personne n’existe pas, il n’est qu’une voix.
La mime :  c’est un personnage muet de la pièce. Elle est là pour donner toutes les explications dont le gardien a besoin mais elle ne s’exprime que par gestes. Ces explications gestuelles sont aussi rigoureuses et précises qu’abstraites et incompéhensibles. Il s’agit d’instaurer  une véritable chorégraphie. C’est une présence scénique réelle incarnant une absence de mots qui renvoit à une logique aussi implacable qu’insaisissable.
Le spectacle se termine en donnant au spectacteur le sentiment qu’il peut être la raison-même de la présence du gardien. Le public est donc à la fois présence mais aussi absence en tant qu’il échappe totalement à la conscience du personnage marionnettique. 

Rédigé par Henry LE BAL

Publié dans #Théâtre : Le gardien

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article