Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Henry Le Bal , écrivain et dramaturge

Articles avec #bibliographie et spectacles tag

Livres et spectacles

24 Mai 2011 , Rédigé par Henry LE BAL Publié dans #Bibliographie et spectacles

 

Henry Le Bal

Ecrivain, romancier, dramaturge

 

 

Ecrivain

Se consacre à l’écriture et à la création de ses spectacles. Elabore, pas à pas,  une œuvre littéraire basée sur le questionnement croisé du verbe fait chair et de l’écriture. « Si le Verbe s’est fait chair et est mort en croix, qu’est-ce que la littérature ? »

A publié 4 romans, 6 pièces de théâtre et 6 recueils de poèmes, 3 beaux-livres.

Depuis son roman Le Janvier du Monde, il a choisi une démarche consistant à écrire, à partir d’un même thème, une version roman et une version théâtre qui est à chaque fois mise en scène et jouée par la troupe qu’il a créée. Comme s’il poussait l’écriture à affronter l’épreuve de la parole et du public. Il inscrit son écriture dans les interstices non écrits du Livre.  « Incarner par ses personnages les mots du Poème. Ecrire le retour vers les mots de la création, pour affirmer que l’acte de création artistique est la seule voie pour que la beauté sauve le monde. »

Auteur et metteur en scène de théâtre.

Il accompagne la mise à la scène de ses textes (théâtre ou poèmes pour oratorio). Il chemine avec le compositeur contemporain Rémi Gousseau, Maître de Chœur à St-Louis de Gonzague, pour les créations musicales de ses spectacles. Trois de ces œuvres ont été créées au Liban, pays qui, avec le Brésil, est à la source d’inspirations et lieu de ses spectacles. Il a créé une troupe de théâtre (Compagnie Le Parvis) et a assuré la production la mise en scène de ces deux dernières pièces. Plusieurs de ses pièces sont inspirés des « protagonistes » de la Bible : Pilate, Judas, Vendredi saint, les larmes de Pierre, Corcovaël, l’ange du huitième jour, saint Thomas…, ou de thème sur le sacré : Falihndá, le doute et la mort de Joseph...

Travaux sur l’art

Les réflexions de l’écrivain-philosophe sont empreintes des rapports entre les arts et la littérature. Chacun de ses romans évoquent les rapports de langage entre les fils de la création qu’elle soit musicale ou plastique et littéraire. Ses amitiés nombreuses avec les peintres ressourcent sans cesse ses recherches sur les fondements de la beauté, leurs œuvres illustrent ses ouvrages de fiction ou de poésie, et il a écrit des textes en résonnance pour des beaux-livres sur la peinture contemporaine. Il associe à ses créations théâtrales des artistes et musiciens contemporains pour la mise en scène et la communication de ses pièces.

Le thème de l’île

Auteur de poèmes sur l’île, il a créé avec Isabelle, depuis 1999 le salon du livre insulaire sur l’île d’Ouessant, articulant un projet culturel permanent, pôle de ressources de littérature insulaire comprenant bibliothèque thématique, revue littéraire, accueil d’écrivain en résidence de création, animations littéraires.

 

Bibliographie

 

Roman

Naamah                                          

 Éd. L’Age d’homme  février 2012

La porte                                         

 Éd. L’Age d’Homme 2008

Le Janvier du Monde                         

 Éd. L’Age d’Homme 2006

Le doigt de Dieu                               

 Éd. L’Age d’Homme 2000

 

Théâtre

Insularis                                                         

 Éd. L’Age d’Homme à paraître 2012

Corcovaël, Anjo do Oitavo Dia                            

 Ed. Nova Razão (Brésil) 2009

Une heure ¼                                                   

 Ed. Paqueta 2009

Corcovaël                                                       

 Ed. Paqueta 2006 / Éd. L’âge d’homme 2006

Passion                                                         

 Éd. L’Age d’Homme 2002 /Ed. Ithaque 1996.

Pilate                                             

 Ed. Beltan 1995

Sitio                                              

 Éd. Calligrammes 1993

La Fête                                          

 Éd. Calligrammes 1988

Poésie

Textes pour les sept dernières paroles du Christ de Joseph Haydn

Éd. L’Age d’Homme 2005

Terra kerguelensis incognita (et al.)     

 Éd. Ibis Rouge 2005

Langues de glace                             

 Éd. L’Age d’Homme 2002

Vendredi Saint                                 

 Éd. Atelier Contemporain  1996

L’île                                               

 Éd. Beltan 1992

Livres d’art

Maurice Le Scouëzec: 1881-1940,                                     

 co-auteur Le Scouëzec, Gwenc'hlan (1929-2008)

Ed. Beltan 2005

Partition Bretonne                             

(texte pour le livre du peintre Maryvonne JEANNE-GARRAULT)

Le Livre d'art Editeur 2010

L’île nue               Prix Jean-Marie Grall (société littéraire et artistique de La Baul. catégorie Beaux-livres)                       

 Texte Henry Le Bal - Peintures Yann Queffélec  Ed. Palantines  2011

 

Théâtre – théâtre lyrique (écriture, mise en scène, lectures et dramaturgie)

Oratorio : 2 créés et représentés

Théâtre : 4 pièces jouées – 3 en cours de production

Nombreuses lectures et mises en espace public de textes poétiques.

 

Août-sept 2011.

 Insularis  Création de la pièce. Monologue. création automne 2012 Bretagne Paris

9 mars 2011.            

 Les larmes de pierre. Oratorio. Musique Remi Gousseau. Une représentation à l’Eglise Saint-Roch (Paris) (Musiciens et chanteurs de  la Maîtrise du Lycée Saint-Louis-de-Gonzague (Paris)  récitante : Marie Lenoir.

19/03-9 avril 2010.          

 Une Heure ¼ 18 représentations à la Crypte de l’Eglise Saint-Sulpice (Paris) Compagnie Le Parvis. Mise en scène par l’auteur. Musique originale de Rémi Gousseau. Comédiens : Arnaud Delon, Marc Di Napoli, Stéphane Rombaud, Henry Le Bal.

4-25 avril 2009.     

 Une Heure ¼ 16 représentations à la Crypte du Martyrium Saint-Denis (Paris) Compagnie Le Parvis. Mise en scène par l’auteur. Musique originale de Rémi Gousseau. Comédiens : Arnaud Delon, Marc Di Napoli, Stéphane Rombaud, Henry Le Bal. Puis tournée en Bretagne en mai organisée par l’association Pax Christi Ouest (1 date pour : 3 mai : Cathédrale de Quimper, 29 avril : Eglise du Passage à  Concarneau, 4 mai : Eglise Saint-Michel Quimperlé, 6 mai Eglise saint-Guen Vannes et 7 mai : Abbatiale de Vannes, représentation captée et retransmise par RCF Morbihan)

 

Mai 2006.     

 Corcovaël. Mise en scène par l’auteur. Comédiens : Arnaud Delon, Marc Di Napoli. Compagnie Le Parvis (Auditorium. 2 représentations. Quimper) Février 2007 (1 représentation. Concarneau) Mars 2007 : 3 représentations. Espace culturel Bernanos-Paris.

Avril  2006

 Les sept dernières paroles du Christ de Joseph Haydn Festival Monument en musique- Eglise Terra Santa de Gemmayzé-Beyrouth. Quatre violonistes libanais : Ali Hassan, Waêl Semaan, Robert Kfoury et Georges Yammine, deux récitantes libanaises Nadine Nassar, chanteuse, et Nadine Mokdessi, comédienne.

 Mars 2005

 Les sept dernières paroles du Christ de Joseph Haydn. Création de l’Oratorio. Eglise Saint-Roch (Paris) (Musiciens et chanteurs de la Maîtrise du Lycée Saint-Louis-de-Gonzague (Paris), Eglise de Locmaria (Quimper) (Musiciens du Conservatoire de Musique de Quimper, chanteurs de la Maîtrise du Lycée Saint-Louis-de-Gonzague).

Mars 2004

 Les larmes de pierre. Oratorio. Musique Remi Gousseau. Une représentation à l’Eglise Saint-Roch (Paris) (Musiciens et chanteurs de la Maîtrise du Lycée Saint-Louis-de-Gonzague (Paris) récitante : Marie Lenoir.

Mai 2004

 Les larmes de pierre. Oratorio. Musique Remi Gousseau. Une représentation à Cathédrale Saint-Corentin (Quimper)  (Musiciens et chanteurs de la Maîtrise du Lycée Saint-Louis-de-Gonzague (Paris) récitante : Marie Lenoir.

Août 2004

 Les larmes de pierre. Oratorio. Musique Remi Gousseau Une représentation au Festival de musique Sacrée de Bourgogne (Estivales en Puysaie/Forterre) (Musiciens et chanteurs de la Maîtrise du Lycée Saint-Louis-de-Gonzague (Paris) récitante : Marie Lenoir.

Avril 2003  

 Les larmes de pierre. Création de l’Oratorio. Composition originale de la Musique par Remi Gousseau, Chef de Chœur de la Maîtrise de Saint-Louis-de-Gonzague (Paris) avec une équipe d’une quarantaine d’artistes du Liban, la mise en scène est assurée par Berge Fazlian, la direction d’orchestre par Harout Fazlian, deux récitantes se partageront les représentations, la comédienne française Marie Lenoir, et la chanteuse libanaise Nadine Nassar., avec des musiciens, 8 sopranos et la chorale des Antonins. Création à l’Eglise Saint-Joseph d’Achrafieh. (Beyrouth)

Avril 2002    

 Passion avec le comédien Yves Philippe. Théâtre Beryte. Université Saint-Joseph – Beyrouth. Compagnie Le Parvis

Août 1995

 Passion création au Festival Louis Jouvet, mise en scène et acteur : Jean Le Mouël. (Festival Louis Jouvet. Ruines de l’Abbaye de Landévennec)

Tournée annuelle de la pièce avec le comédien Yves Philippe : 1996 (Brest) - 1997 (Quimper)- 1998 (Rennes) - 1999 (Ajaccio) 2000 (Saint-Denis de la Réunion)-  2006 (Tournée en Finistère avec le comédien Erwan Madec)

Lectures à la scène

L’île ultime. Création annuelle d’une lecture publique, poésie et ou dialogue théâtral  sur le thème de l’île au Salon International du Livre Insulaire de l’île d’Ouessant.

22 août 2008   L'île ultime, Textes dialogués Henry Le Bal. Eglise de Lampaul.

24 août 2007  L'île ultime, Lectures de Henry Le Bal, et plusieurs auteurs insulaires invités Eglise de Lampaul.

25 août 2006 :  L’île ultime, Lectures de Henry Le Bal et plusieurs auteurs insulaires invités, Eglise de Lampaul.

26 août 2005 :  L'île ultime, textes de Henry Le Bal, Olivier Struillou (orgues) et Maïwenn Nicolas (hautbois) ; lecture des textes par Marc Di Napoli et Arnaud Delon. Eglise de Lampaul.

21 août 2004 :  L’île ultime, récital poésie et musique. Henry Le Bal, textes ; Nadine Nassar, (soprano) ; Olivier Struillou, orgues ; Pascal Rode, (bombarde) Eglise de Lampaul.

23 août 2003 :  L'île ultime, récital poésie et musique. Henry Le Bal et plusieurs auteurs insulaires invités, Olivier Struillou, orgues. Eglise de Lampaul.

25 août 2002 :  L'île ultime, Récital littérature et orgues : Henry Le Bal et Jean-François Reverzy, avec la participation d'Olivier Struillou (orgues) et de Juliette Mars (Soprano) Église de Lampaul.

 

 

Lire la suite

... le rideau déchiré...

1 Juin 2010 , Rédigé par Henry LE BAL Publié dans #Bibliographie et spectacles

Extraits de l'article Le Rideau déchiré (juin 2007) sur les enjeux du Théâtre

 

LEBALh OpalVM 29309 06.

.. La scène est la mise en cérémonie de cette part en nous qui est de la violence et du chaos. Ce n'est qu'une part de nous, certes, mais c'est la part de la scène. C'est la part qui fait que nous sommes spectateurs et que nous allons voir un match de foot plutôt qu'une compétition de natation ou de curling. La scène, les acteurs, leur jeu. Le jeu. Les jeux. A l'origine des jeux olympiques, l'épreuve la plus attendue était celle du pugilat. Le spectacle du K.O. Dans un mondial de foot, à part le pays vainqueur qui est tout à sa joie, ce que guette tous les autres spectateurs ou téléspectateurs, c'est le visage des vaincus. Sinon, de pays éliminés en pays éliminés, il n'y aurait que les deux pays des finalistes à regarder. Or c'est le contraire. Et c'est le contraire pour voir, pour assister à la défaite de l'un plus qu'à la joie de l'autre. Être spectateur du chaos. De la même manière qu'on va voir la mise à mort du taureau. Or qui est le taureau, qui ce joueur à genoux, prostré, anéanti, qui regarde les vainqueurs s'embrasser, sauter de joie ? C'est vous… Nous-mêmes. Le taureau qui rentre dans l'arène, le moi qui rentre dans la vie, et qui n'a aucune chance de s'en sortir, sauf par le plaisir, vain, d'écorner l'ombre qui s'agite devant soi en habits de lumière; ce tireur de pénalty en finale qui a raté sa tentative et condamné son équipe… C'est moi, moi que cette vie mène plus ou moins tard, après un combat plus ou moins long, courageux, honorable, à la défaite la plus inéluctable. La cérémonie de la mise à mort du moi. Voilà le spectacle.

Voilà le théâtre. Et son écriture. Car il y a dans l'écriture, de l'écriture elle-même, cette part de moi qui se retrouve seule face à la Parole. Il y a dans l'écriture du théâtre, dans l'écriture elle-même, déjà, tout le spectacle. Et pour que le texte soit, afin qu'il devienne spectacle, c'est cette part qui gagne, cette part de soi, et qui fait que moi qui parle met à mort la Parole.

C'est en ce sens, que "… et le Verbe s'est fait chair" est la possibilité ultime du théâtre. L'écriture de la mise à mort du Verbe, de la mise à mort de Dieu, Parole, par les mots des hommes. Et de même que les milliards de spectateurs simultanés d'un mondial assistent à leur insu à un érotique et une mise à mort, de même, par le "Verbe fait chair", le théâtre est le spectacle de la mise à mort de Dieu. C'est le sommet. Le summum. Le maxima. Même les Grecs n'auraient pu y songer.

Et  c'est ça le théâtre. Bien sûr, il y a la résurrection. Le Dimanche. Mais c'est là affaire de poésie. Ou, en matière de spectacle : la danse et la musique. Mais les mots… les mots c'est moi, moi à l'image du " Au commencement". Et les mots, les mots des hommes, dès que ça parle, ça sent en soi cette part qui veut savoir, librement....

 

retrouver l'article dans son intégralité dans e N° 19 de Juin 2007 de la revue Contrelittérature

ou par courriel à henry.lebal@wanadoo.fr

Lire la suite

Henry Le Bal ?

18 Janvier 2009 , Rédigé par Henry LE BAL Publié dans #Bibliographie et spectacles

Henry Le Bal ?

Henry Le Bal !

- Q. : Qu’est-ce qui vous fait écrire ?

- H.L.B. : Un questionnement : Si le Verbe s’est fait chair, qu’est-ce que la littérature ?

En effet, ou bien cette histoire de Verbe est une réalité, et dans ce cas notre civilisation et tous ses chefs-d’œuvre ont une destinée ; ou bien tout ceci n’est qu’une fiction, et alors notre civilisation comme toutes les autres, est mortelle.

Dans cette seconde perspective, lorsque la fiction du Verbe n’aura plus de sens pour personne, notre civilisation disparaîtra.

- Q. : Dans cette alternative, où vous situez-vous ?

- H.L.B. : Je crois qu’il y a dans l’acte d’écrire lui-même la réponse à cette alternative. Écrire, c’est chercher à savoir ce qu’il y a dans les livres. Et au cœur des livres, il y a un non-écrit qui nous parle. Et ce non-écrit s’appelle la charité.

L’histoire des chefs-d’œuvre de notre civilisation est en fait celle du dévoilé d’une parole qui est charité.

- Q. : Et aujourd’hui, Une heure et quart ? Comment l’idée de cette pièce vous est venue ?

- H.L.B. : Une heure et quart c’est la durée moyenne d’un spectacle comique représenté aujourd’hui. C’est un formatage qui s’inscrit dans notre culture dite du «zapping ». On vient de monter par exemple Hamlet au théâtre de la Colline en 1heure 20. L’idée m’est venue d’utiliser ce temps imposé sur le rapport de la pensée à l’éternité. Et quel plus beau sujet pour l’illustrer que le geste de saint Thomas, incrédule, franchissant par sa main la chair du Fils ressuscité. Un sujet très renaissance italienne en peinture, mais jamais abordé en littérature.

- Q. : N’est-ce pas un sujet trop exclusivement religieux pour l’époque ?

- H.L.B. : L’incrédulité comme sujet de l’époque ? Beau sujet. Mais mon propos n’était pas là. Il s’est agi de partir du thème du geste de saint Thomas, et de construire une pièce qui serait le spectacle d’une répétition de comédiens et d’un auteur, travaillant aujourd’hui à la mise en scène de ce thème. Le rapport s’établit entre le temps et l’éternité. Le temps de la durée d’un spectacle et l’éternité d’un sujet. Si le point de départ s’inspire effectivement de l’Évangile de Jean, la forme même de la pièce se rapprocherait davantage d’une revisitation du théâtre de l’absurde, voir par la mise en abîme du théâtre baroque. Ceci dit j’ai toujours à l’esprit ce que Pierre Boutang m’écrivit en parlant de mon théâtre : c’est l’écriture du mystère moderne.

Q. : Quels sont les livres et les rencontres qui ont été pour vous décisives ?

- H.L.B. : En attendant Godot de Samuel Beckett. La phrase de Dostoïevski : « La beauté sauvera le monde ». La rencontre avec Pierre Boutang. Celle avec le Prince Jean de France.

Henry LE BAL vit à QUIMPER (Bretagne) et partage son temps entre l'écriture et ses spectacles.
voir aussi bio et biblio sur henry-le-bal.monsite.wanadoo.fr

Lire la suite

Bibliographie

18 Janvier 2009 , Rédigé par Henry LE BAL Publié dans #Bibliographie et spectacles

 

 

 

 

 

 

 

 

Romans :

Naamah.                             2012. Ed. L'Age d'homme

La porte.                            2008.Ed. l'âge d'homme

Le janvier du monde.   2006. Ed. l'âge d'homme

Le doigt de dieu.             2000. Ed. l'âge d'homme

 

 

 

Poésie :

 

Langues de glace.                                                                                    2002. Ed. l'âge d'homme

Texte pour les 7 dernières paroles du Christ de J. Haydn.  2005. Ed. l'âge d'homme

Vendredi saint.                                                                                       1996. Ed. atelier contemporain

Pilate.                                                                                                          1995. Ed. Beltan

L'île.                                                                                                              1992. Ed. Beltan

 

 

Théâtre :

 

La fête.                                                                                                        1988. Ed. Calligrammes

Sitio.                                                                                                             1993. ed. Calligrammes

Passion.                                                                                                      1998. ed. Ithaque.

Une Heure 1/4                                                                                           2009. Ed. Paqueta.

Corcovaël. L'ange du 8ème jour.                                                       2006. Ed. Paqueta.

Corcovaël. O anjo do oitavo dia.(version brésilienne)              2009. Doca Ed. RJ

 

Beaux-Livres :

 L'île Nue avec le peintre Yann Queffélec                                        2011. Ed. palantines

Maurice Le Scouëzec.                                                                              2005.  Ed. Beltan

 

autres publications des livrets de théâtre, d'oratorios, articles dans les revues...

Lire la suite